top of page
Search

Jour de l'Ascension

Updated: May 16


Passer du temps à méditer et contempler la beauté de Jésus est un choix qui mène toujours à une récompense, que nous en soyons conscients ou non. En feuilletant le Nouveau Testament, il est facile de se perdre dans la quantité d’histoires et de récits de la vie de Jésus racontés du point de vue de ses disciples. Un de ces moments, qui je suis sûr est resté gravé sur les cœurs des disciples, est le moment où Jésus est monté au ciel. L’ascension est un événement clé pour les croyants, car elle sert de rappel que Jésus reviendra de la même façon qu’il est parti. Nous avons cette certitude que Jésus garde ses promesses, et pouvons avec foi répondre à l’appel qu’il a placé sur nos vies.  


Mais comme beaucoup de récits sur Jésus, il n’est pas la seule personne dans l’histoire. Ce sont d’ailleurs les disciples qui ressortent pour moi dans Actes 1. Et je dirais même qu’il y a dans Actes 1 un humour qui je crois peut nous encourager, alors que le peuple de Dieu essaie toujours d’obéir aux derniers mots de Christ.


Parfois Jésus va trop vite, du moins, trop vite pour nous. Ce que je veux dire par là, c’est que nous avons nos listes de besoins, d’inquiétudes, de pensées, de questions, mais il semblerait que Jésus ne s’en préoccupe pas trop. Jésus ignore les évidences maintes et maintes fois. Est-ce que vous avez déjà eu ce ressentit ? Écoutez ce que Jésus dit à ses disciples dans Actes 1.4-5 : 


4 Comme il se trouvait avec eux, il leur recommanda de ne pas s'éloigner de Jérusalem, mais d'attendre ce que le Père avait promis, ce que je vous ai annoncé, leur dit-il ; 5 car Jean a baptisé d'eau, mais vous, dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint Esprit.


Pour éviter de passer à côté de ce que ce moment pouvait représenter pour les disciples, laissez-moi vous rappeler que ce n’étaient que des hommes et des femmes ordinaires. Ils n’avaient pas d’église, pas de Nouveau Testament, pas de podcasts, pas de groupes de maisons, pas de commentaires bibliques, et ils survivaient même sans réseaux sociaux. Ils n’avaient pas d’autre base que les mots de Christ et ce qu’ils avaient déjà appris. Je dis cela parce que Jésus est sur le point de disparaitre dans les nuages et il continue à déclarer des vérités pour toucher les cœurs de ses disciples. Mais ils ne comprennent pas. Je ne suis pas sûr que nous aurions compris non plus. Écoutez leur réponse : 


6 Alors les apôtres réunis lui demandèrent : Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d'Israël ?


Jésus parle d’envoyer le Saint Esprit, le feu de Dieu, le pouvoir qui les équipera et les enverra à travers le monde, mais les disciples ont toujours la même question qu’au début : vas-tu nous sauver ?  Ce qu’ils ne voyaient pas, et honnêtement je ne leur en veux pas, c’est que Jésus était sur le point de faire le prochain pas pour sauver le monde entier. 


7 Il leur répondit : Ce n'est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. 8 Mais vous recevrez une puissance, le Saint Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre. 9 Après avoir dit cela, il fut élevé pendant qu'ils le regardaient, et une nuée le déroba à leurs yeux.


Si au moins l’un des disciples partageait un iota de ma personnalité, alors je sais ce que cette personne penserait à ce moment précis. Ce serait quelque chose comme ceci : Qu’est-ce qui se passe là ? C’est le pire timing possible ! Ces hommes ont passé des années avec Jésus, ils marchaient avec lui, apprenaient de lui et étaient tout simplement ses amis ; pensez à ça. Il est tué violemment mais il est ressuscité par un miracle surnaturel. Puis, après peu de temps, Jésus leurs dit, je pars, j’envoie de l’aide alors parlez à tout le monde de moi. Je sais que je ne serais pas le seul à penser, ne nous quitte pas de nouveau. Ce groupe verrait plus tard que le timing de Dieu est toujours le meilleur. Ce qui pourrait me sembler un inconvénient est Dieu qui chercher à former une relation avec moi qui requiert de la foi. Le timing de Dieu est toujours le bon timing, et Dieu a quelque chose pour nous, l’église, et nous ne pouvons nous permettre d’être en retard.


Nous savons ce qui se passe dans Actes 2, et nous avons le luxe de voir dans ces chapitres comment le Saint Esprit allume la flamme de l’église primitive, mais ces gens ne le savent pas encore. Ils vivaient dans ce moment, j’imagine, avec pleins de questions et d’incertitudes quant à l’avenir. Vous ne pensez pas ? Regardez de plus près.


10 Et comme ils avaient les regards fixés vers le ciel pendant qu'il s'en allait, voici, deux hommes vêtus de blanc leur apparurent, 11 et dirent : Hommes Galiléens, pourquoi vous arrêtez-vous à regarder au ciel ? Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, viendra de la même manière que vous l'avez vu allant au ciel.


Suivez-moi un moment. Si vous et moi marchions près de cette montagne ce jour-là et passions ce groupe de personnes regardant vers le ciel, quelle serait notre réaction d’après vous ? Moi ça me ferait rire, de voir tout plein de gens regroupés et regardant le ciel. Ça me fait me demander s’il y avait un passant qui riait aussi, ou des mères qui guidaient leurs enfants de l’autre côté du chemin pour éviter ce groupe de personnes intéressantes qui regardent les oiseaux


Qui sait combien de temps ceci a duré ? Au moins assez longtemps pour que Dieu envoie ses anges pour mettre fin à cette paralysie touristique. À travers l’histoire biblique, le Père a envoyé ses anges pour des affaires sérieuses : Sodome et Gomorrhe, la Pâque en Égypte, la naissance virginale de Jésus. Je souris en pensant à l’ange qui a eu sa première mission sur terre pour séparer ce groupe de cœurs fatigués. Tout comme nous. Même les moments incroyables, comme l’ascension, peuvent être éclipsés par la pesanteur qu’on peut ressentir quand on ne sait pas quoi faire maintenant. Parfois, il est vraiment difficile de voir l’ensemble du tableau, de voir le grand plan de Jésus et ce en quoi ce plan diffère de ma version du plan. Les disciples voulaient un nouveau Royaume d’Israël ; Jésus, lui, construisait le Royaume de Dieu.  


Alors que je réfléchissais et priais, je me suis souvenu de quelque chose que je voulais laisser le jour de l’ascension raviver en moi. Je me suis souvenu que tout comme ce groupe qui aurait pu avoir l’air un peu étrange, regardant le ciel, nous aussi avons l’air étrange quand nous ne suivons pas l’appel et la mission auxquels Jésus nous invite. Peut-être que les Chrétiens ont l’air le plus étrange quand ils ne font pas ce que Dieu a demandé. L’église semble décalée ou déconnectée quand elle n’aime pas son prochain, ou quand elle ne recherche pas la justice pour ceux qui ne peuvent le faire pour eux-mêmes, et quand elle vit comme si Jésus ne l’avait pas transformée, en nous, individus. Qu’est-ce que nous faisons si l’église ne prie pas, ne croit pas, et ne partage pas l’Évangile ? Est-ce possible que nous regardions tous vers le ciel, à attendre ? Est-ce possible que nous ayons crée une expérience de louange confortable sur cette montagne et avons établi un campement dans l’attente du retour de Jésus ? Si ce groupe de croyants n’avait jamais quitté cette expérience au sommet de la montagne, vous et moi n’aurions peut-être jamais entendu parler de Jésus. Je suis tellement reconnaissant pour le courage et la fidélité qui a conduit ces hommes et ces femmes à descendre de la montagne, les a conduits dans le monde de cœurs brisés, dans l’atmosphère pleine de peur de notre société et dans les vies de ceux qui n’avaient pas rencontré Jésus. 


Le chemin qui descends cette montagne menait à Jérusalem, la Judée, et enfin, par la grâce de Dieu, en France. Le timing ne pouvait pas trop avoir de sens pour ces disciples. Ils vivaient encore sous l’occupation romaine ! Mais le timing de Dieu est différent, et il n’est jamais en retard. Ils ont dû penser qu’il y avait un meilleur plan, mais comme on le voit dans la Bible, ils étaient sur le point d’entrer dans une saison qui transformera le monde. L’Esprit venait, et le plan de Dieu pour détruire l’ennemi avait déjà commencé.


Merci, Jésus, pour l’ascension. Merci car tes plans et tes voies sont bien supérieurs aux nôtres. Nous te faisons confiance, Père. Nous avons confiance que tu travailles dans les cœurs des membres de ton église ici en France. Jésus, nous répondons encore oui au commandement dans Matthieu 28 : « Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre. 19 Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, 20 et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde. »


Soyons reconnaissants pour la venue de Jésus et vivons des vies dignes de l’Évangile (Philippiens 1.27). Soyons reconnaissants pour l’ascension, car avec vient l’invitation vers l’aventure de l’appel de Christ. Soyons prêts à être remplis de l’Esprit de Dieu, accordé pour nous donner force et autorité alors que nous honorons la grande mission et partageons l’histoire de Jésus avec ceux qui n’ont pas encore gravit la montagne du Seigneur. 



Creating space to reflect and gaze upon the beauty of Jesus is a choice that always leads to some reward, whether we are conscious of it or not. Flipping through the pages of the New Testament, it's easy to get lost in the density of the stories and accounts from the life of Jesus through the perspective of His disciples. One of those moments in time that I'm sure lived on in the disciples' hearts was the moment Jesus ascended into heaven. The ascension is a cornerstone moment for believers as it serves as a reminder that in the same way He left, Jesus will return. We can rest in the assurance that Jesus keeps His promises and in faith, move into the calling He has placed on our lives. 

But like many accounts of Jesus, He isn't the only character in the story. And it's the disciples that stand out to me in Acts 1. If I can take this train of thought even further, Acts 1 holds some humor that I believe can encourage us as God's people are still trying to be obedient to the last words of Christ. 


Sometimes, Jesus moves too fast, at least too fast for us. By that, I mean we have our list of concerns, needs, thoughts, and questions, but Jesus doesn't, on the surface, seem to care as much about them. Jesus ignores so many elephants in so many different rooms. Have you ever felt like this? Listen to what Jesus tells His disciples in Acts 1:4-5:


4 On one occasion, while he was eating with them, he gave them this command: "Do not leave Jerusalem, but wait for the gift my Father promised, which you have heard me speak about. 5 For John baptized with water, but in a few days you will be baptized with the Holy Spirit."


To avoid the danger of missing out on how this moment felt for these followers, let me remind you that these were just a bunch of ordinary men and women. They didn't have a church, the New Testament, podcasts, small groups, or commentaries, and they even survived without social media. There's nothing for them to go off of except the words of Christ and whatever they have already learned. I say this because Jesus is about to disappear into the clouds, and He's still dropping some big truths in the hearts of His disciples. And they're not getting it, and I'm not sure we would've either. Listen to their response:


6 Then they gathered around him and asked him, "Lord, are you at this time going to restore the kingdom to Israel?"


Jesus is talking about sending the Holy Spirit, the fire of God, the power that would equip and send them around the world, but the disciples still have the same question they had at the beginning: Are you going to rescue us? What they couldn't see, and I can't blame them, was that Jesus was about to make the next move to save the entire world.

 

7 He said to them: "It is not for you to know the times or dates the Father has set by his own authority. 8 But you will receive power when the Holy Spirit comes on you; and you will be my witnesses in Jerusalem, and in all Judea and Samaria, and to the ends of the earth." 9 After he said this, he was taken up before their very eyes, and a cloud hid him from their sight.


If at least one disciple shared one iota of personality with me, then I know what that person would be thinking. It would be something like: What is going on right now? This is the worst timing! These guys have spent years with Jesus, walking with Him, learning from Him, and just being friends; think about that. He is brutally killed but by a supernatural miracle, raised to life. And then, after a little while, Jesus tells these guys I'm leaving, sending help, so tell everyone about me. I know I wouldn't be the only one thinking, please don't leave us again. This group would go on to see that God's timing is always the best. What might feel inconvenient to me is God wooing me into a relationship that requires faith. God's timing is always the right timing, and God has something for us, the church, that we can't afford to be late to.


We know what happens in Acts 2, and we have the luxury of seeing in the chapters how the Holy Spirit sparks the flame of the early church, but these people don't know that yet. They were living in this moment, I'm sure, full of questions and unsure what to do next. Don't you think so? Look closer.


10 They were looking intently up into the sky as he was going, when suddenly two men dressed in white stood beside them. 11 "Men of Galilee," they said, "why do you stand here looking into the sky? This same Jesus, who has been taken from you into heaven, will come back in the same way you have seen him go into heaven."


Now, follow me for a second. If you and I happened to be walking near this mountain one day and came across a group of people all staring up into the sky, what do you think would be our reaction? I can't help but chuckle, thinking about all these people standing in a group looking up into the sky. It makes me wonder if there was a passerby laughing to themselves or mothers guiding their children away from the interesting people looking at the birds.


Who knows how long this lasted? But at least long enough for God to employ His angels to break up the sightseeing paralysis party. Throughout biblical history, the  Father had sent angels to do some serious business: Sodom and Gomorrah, the Passover in Egypt, and the virgin birth of Jesus. I smile, thinking about the angel who got his first mission to earth to break up this group of weary hearts. It's just like us. Even incredible moments, like the ascension, can be overshadowed by the weight of not knowing what to do next. Sometimes, it's so challenging to see the bigger picture, to see the grand plan of Jesus and how that grand plan looks different from my version of the plan. The disciples wanted a new kingdom of Israel; Jesus was building the Kingdom of God.


As I thought and prayed, I was reminded of something that I want to allow the day of ascension to stir in me. I remembered that just like this group may have looked strange to the viewing public, standing staring up at the sky, we too look weird when we do not step into the call and commission set upon us by the words of Jesus. Maybe Christians look the strangest when we aren't doing what God has instructed. The church seems out of place or out of touch when we aren't loving people, seeking justice for those who can't fight for themselves, and living like Jesus has changed who we are. What are we doing if the Church isn't praying, believing, and sharing the gospel? Is it possible we're still staring up at the sky, waiting? Is it possible that we've created a comfortable worship experience up there on that mountain and have set up camp in anticipation of the return of Jesus? If this group of believers had never left this mountaintop experience, you and I may have never learned about Jesus. I'm so grateful for the courage and faithfulness that led these men and women down the mountain, down into the world of the brokenhearted, into the fear-filled atmosphere of society, and into the lives of those who hadn't met Jesus. 


The path down this mountain led to Jerusalem, Judea, and eventually, by the grace of God, to France. The timing couldn't have made sense to them; they still lived under Roman occupation! But God's timing looks different, and He's never late. They must have felt like there had to be a better plan, but as we know from Scripture, they were about to enter a world-changing season. The Spirit was coming and God's plans to destroy the enemy's work had already begun. 


Thank you, Jesus, for ascending; thank you that your plans and your ways are above ours. We trust you, Father. We trust that you are moving and stirring the hearts of your church here in France. Jesus, we again say yes to the command in Matthew 28, "All authority in heaven and on earth has been given to me. Therefore go and make disciples of all nations, baptizing them in the name of the Father and of the Son and of the Holy Spirit, and teaching them to obey everything I have commanded you. And surely I am with you always, to the very end of the age." 


May we be thankful for Jesus's coming and live our lives worthy of the gospel (Phil 1:27). May we be thankful for the ascension, for with it comes the invitation into the adventure of Christ's commissioning. May we be ready for the filling of the Spirit of God, given to empower us as we seek to honor the great commission and share the story of Jesus with those who have yet to ascend the mountain of the Lord.


86 views0 comments

Recent Posts

See All

Comments


bottom of page